Thermes de Caracalla

THERMES DE CARACALLA

Les Thermes de Caracalla : qui les fréquentait ? Comment les romains utilisaient les bains publics ? Esprit sain dans un corps sain, pourquoi cette expression ? Comment ces somptueux espaces étaient décorés ? VisiteRome propose une visite guidée passionnante pour répondre à toutes vos curiosités.

Les thermes de Caracalla : aspects techniques

A l’époque où l’Empereur Caracalla fit construire ce complexe thermal au pied de la colline de l’Aventin, Rome n’avait pas encore vu de bains publics aussi monumentaux. Sur une surface de 11 hectares près de 9000 personnes ont travaillé quotidiennement pendant 5 ans . La construction et la décoration de l’enceinte extérieur furent portées à terme par Héliogabale et Alexandre Sévère.

 

Le corps central des bains de Caracalla

Le corps central des bains de Caracalla

Comme tous les édifices thermaux monumentaux de Rome, à partir des thermes de Néron, ce complexe est divisé en plusieurs sections qui dessinent un plan symétrique autour d’un axe central constitué de sales d’eau : le Caldarium, le Tepidarium , le Frigidarium et un grand bassin aux dimensions olympiques appelé Natatio. Ce corps central était flanqué de deux palestres et d’espaces de services comme vestiaires “apodyteria” et vestibules. Des pièces situées à l’étage étaient réservées aux services annexes, par exemple aux massages. Chaque jour, entre 6000 et 8000 personnes se rendaient aux thermes de Caracalla.

 

Les souterrains

Les souterrains des thermesUn véritable dédale de larges galeries se déployait sous les thermes. Dans ces couloirs hypogées étaient stockés près de 2000 tonnes de bois, utilisé pour le chauffage de l’eau par le système de l’hypocauste : des centaines d’esclaves travaillaient à l’alimentation de 50 chaudières “praefurnia“.

 

chauffage de l’eau

 

En outre, on y a retrouvé un moulin et un temple dédié au culte de Mithra. Aujourd’hui les sous-sol, pas toujours accessibles, abritent les éléments décoratifs retrouvées lors des dernières fouilles archéologies.

 

 

 

L’alimentation en eau par l’aqueduc Aqua Antoniniana

Thermes de Caracalla - Aqueduc Antoniniano branché sur l'aqueduc Marcio - Parc des Aqueducs

Pour alimenter ses thermes, l’Empereur Caracalla prolongea l’aqueduc de l’Aqua Marcia, un des plus importants de Rome réalisé en, 144 av JC, et créa une branche qui s’en détachait spécialement pour alimenter les thermes. 80000 m³ d‘eau étaient stockée dans 18 citernes au pieds de la colline de l’Aventin.

 

 

 

 

 

Les jardins et les bibliothèques

Entre le mur d’enceinte des thermes, où se trouvaient deux bibliothèques, et le bâtiment central, un espace verdoyant appelé Xystus permettait d’alterner les bains et le sport à la promenade ou d’assister, dans un sorte de stade, aux compétitions athlétiques.

 

La décoration des Thermes de Caracalla

Thermes de Caracalla - fragments de colonnes - composition de Michelangelo Pistoletto

 

Après des siècles de pillages il est aujourd’hui difficile d’imaginer la richesse des marbres polychromes qui recouvraient les parois des thermes.Dès le Moyen-Age ce site fut utilisés comme véritable carrière de marbre : c’est d’ici par exemple que proviennent les colonnes monumentales de granit égyptien utilisées pour reconstruire l’église de Saint Marie en Transtevere.

Les premières “fouilles” archéologiques sont dues à l’initiative de Paul III Farnèse. Il est évident qu’au XVIème siècle ces grands princes de l’église étaient motivés par une volonté de posséder les témoignages artistiques du passé. A Rome nous pouvons aujourd’hui admirer les deux vasques monumentales en granit qui composent les fontaines de la place Farnèse. La plupart des œuvres retrouvées à cette période dans ce complexe thermal partirent avec reste de la collection Farnèse à Naples au XVIII siècle et sont aujourd’hui visibles au Musée Archéologique de Naples.

 

Les sculptures du corps central et des jardins

Thermes de Caracalla - Hercule Farnèse - Lusée archéologique de Naples Thermes de Caracalla - Hercule Farnèse - Musées Archéologique de Naples

 

Parmi les œuvres les plus stupéfiantes retrouvées pendant les fouilles du XVIème siècle nous pouvons citer l’Hercule Farnèse, le Taureau Farnèse, une statue d’Aphrodite Anadiomene, de superbes chapiteaux et quelques frises conservés dans les galeries hypogées.

 

 

 

Les mosaïques dans les sales des thermes de caracalla

Thermes de Caracalla - Mosaïque des Athlètes - Mosaïque polychrome - Musées du Vatican

Les sols des thermes étaient parsemées de mosaïques polychromes dans les salles principales au rez-de-chaussé et de mosaïques bichromes à l’étage supérieur. Certains pavements sont encore visibles sur place. Cependant, la mosaïque la plus intéressante provient des exèdres des bibliothèques. Elle représente des athlètes, boxeurs et lutteurs, coiffés du cirrus (sorte de chignon sur la nuque, que portaient les athlètes professionnels) et des juges de compétition reconnaissable par le port de la toge. La mosaïque se trouve aujourd’hui dans le Musée Grégorien Profane des Musées du Vatican.

 

Les colonnes

Thermesde Caracalla - colonnes de récupération, Saint Marie en Transtevere

Nous savons qu’au moins 252 colonnes décoraient d’édifice thermal.Il s’agissait de colonnes en marbre et granit provenant des provinces de l’Empire, notamment d’Asie Mineur et d’Égypte et transportées jusqu’au port de Ostie par bateaux. La plupart d’entre elles étaient monolithiques et 16 mesuraient plus de 12 mètres de hauteur ! Certaines de ces colonnes sont visibles aujourd’hui dans l’église de Santa Maria in Trastevere.

 

 

 

L’Empereur Caracalla contructeur des thermesL’Empereur Caracalla, contructeur des thermes

Marco Aurelio Antonino Bassiano surnommé Caracalla était né à Lugdunum, ancienne ville de Lyon. Son surnom dérive de « caracalla », un vêtement en tissu qui adhérait au corps avec une capuche et des manches, une tenue d’origine gauloise, introduite par notre empereur.

Enfant, Caracalla était aimable et intelligent mais avec le temps il devint sombre, sévère et complètement obsédé par l’idée de ressembler à Alexandre le Grand. Sur son lit de mort le père Septime Sévère, de Leptis Magna, laissa le pouvoir à ses deux fils : Caracalla et Geta. Les deux frères se détestaient et, lors de la dernière dispute Caracalla poignarda son frère dans les bras de sa mère….

Il régna sur une période plutôt courte, de 211 à 217, et pourtant, il nous a laissé un des complexes thermaux les plus impressionnants et surtout les plus grands de son époque.

 

Pour réserver votre visite guidée aux Thermes de Carcalla contactez nous !

Leave a comment

Posts récents
Categorie
Loading...